Nous soutenons l'occupation de l'église St-Laurent par le Collectif-R afin d'y constituer un refuge contre les renvois de requérant-e-s d'asile débouté.e.s. Stop aux renvois Dublin! Soutenez le refuge et signez le manifeste:

dimanche 17 décembre 2017

Aide d’urgence : seulement survivre



7 décembre 2017       « Je suis en Suisse depuis 8 ans et demi maintenant, toujours sans rien, sans statut et sans perspectives. J’ai quitté mon pays il y a 17 ans, quand j’avais 15 ans, et je ne pourrai plus jamais y retourner. Je suis une étrangère là-bas, à cause d’une guerre d’indépendance, et je n’ai plus aucune famille. Depuis, j’ai traversé différents pays, le Soudan, le Liban, la Libye, en Grèce, en Italie. Partout j’ai essayé de travailler et de reconstruire ma vie, mais j’ai été chassée et je ne trouvais pas de conditions pour assurer ma survie. Souvent même, et surtout, je n’étais pas en sécurité en tant que jeune femme seule et sans soutien de famille. En Suisse j’ai reçu une décision négative parce que l’autorité ne reconnaît pas que nous sommes érythréens. Mais nous n’avons aucun moyen de le prouver. L’Éthiopie refuse de nous délivrer des documents, car nous ne sommes pas leurs nationaux, et l’Érythrée de même parce nous n’avons pratiquement pas vécu là-bas. Moi, je n’y suis même jamais allée et je ne connais personne sur place. Mes parents sont morts avant même que je quitte le pays. Je n’ai jamais connu ma mère et j’avais 7 ans quand j’ai perdu mon père. J’ai été élevée par une tante avec qui j’ai fui au Soudan. Je ne sais pas où elle est maintenant, j’ai perdu son contact depuis plusieurs années. Tout ce que j’ai encore comme famille est avec moi : ce sont mon mari et nos deux enfants.

Nous sommes à l’aide d’urgence depuis 8 ans, sans autorisation de travailler, sans autorisation d’être là ni sans autorisation d’exister. J’ai 32 ans maintenant et j’ai passé toute ma jeunesse sans aucun droit de progresser dans ma vie, de suivre une formation ou de me rendre utile, ni de me créer une vie professionnelle. Comment est-ce que je vais pouvoir rebondir après un tel creux dans mon parcours ? Ma vie aura été un gaspillage d’une énergie pourtant énorme que j’avais pour aller de l’avant, mais j’ai été bloquée dans tous mes projets par des circonstances qui me sont extérieures et sur lesquelles je n’ai pas d’influence. Je ne veux pas être dépendante de l’assistance parce que je sais travailler. J’ai envie d’être autonome et de faire des choses pour mes enfants, comme tout le monde. Tous ceux qui sont arrivés en même temps que nous ont un permis, mais nous non.

Tout est bloqué dans ma vie. Nous partageons deux pièces d’un petit appartement. Nous devons dormir tous les quatre avec nos deux enfants dans la même pièce ce qui est désagréable pour tout le monde. Nous manquons d’espace et les enfants sont agités. Il y a parfois des tensions à la maison. Les enfants grandissent et posent de plus en plus de questions, surtout l’aîné qui va à l’école et voit comment vivent les autres enfants. Il demande tous les jours « pourquoi on n’a pas d’argent ? » pour acheter un petit pain ou un jouet ou un vêtement, « pourquoi on ne va pas en vacances ? » quand ses camarades de classe rentrent de vacances et racontent où ils sont partis, « pourquoi je ne peux pas faire du karaté ? ». Il voudrait faire du karaté, mais c’est impossible pour nous de payer une activité extrascolaire. L’EVAM nous donne 50 frs par semaine et par enfant. C’est impossible de nourrir un enfant avec 50 frs par semaine, si on compte encore les couches pour la plus jeune ou le lait en poudre. Il n’y a pas assez pour seulement se nourrir. Chaque achat, depuis 8 ans, est rigoureusement pesé et compté. Nous ne sommes jamais sûrs d’avoir assez à manger jusqu’à la fin de la semaine.

Tout est compliqué et honteux pour moi. Je n’ose pas dire autour de moi dans quelle situation je suis parce que je me sens dépendante de la charité ce qui est honteux. Je dois me cacher. Des fois j’ai l’impression que ma condition de sous-humaine est écrite sur mon visage, que les gens dans la rue vont savoir que je n’ai pas d’argent, que je n’ai pas le droit d’exister ni d’être là. Je voudrais travailler et aider mes enfants à grandir dans des conditions normales comme tout le monde, et non pas tout le temps devoir leur dire « non, ce n’est pas possible », « non, nous ne sommes pas comme les autres ». Leurs questions me remplissent de tristesse et de désespoir. Des fois je ne trouve plus ma voix pour leur répondre. Elle s’éteint dans ma gorge qui se serre et j’ai envie de pleurer. Souvent je pleure quand je suis seule à la maison, ou des fois devant les enfants, car je suis à bout de forces et je n’arrive plus à me retenir.

J’ai beaucoup lutté pour faire face depuis ma fuite du pays, mais maintenant cela fait trop d’années que je me sens comme un fantôme ou comme dans une vie de néant. J’ai l’impression de tourner en rond dans une cage, comme en prison. Je ne peux rien faire de mon existence, de valorisant ou de constructif. Il est particulièrement pesant d’être impuissant à créer pour nos enfants une vie normale, comme celle des autres enfants ici, et de devoir toujours vivre dans le retrait et l’isolement social, parce qu’on ne peut pas faire des activités avec d’autres gens, faute d’argent. Aller boire un café entre amies, c’est impossible pour moi. Offrir un tour de manège à mes enfants, un spectacle de marionnettes, un chocolat pendant une promenade au bord du lac, impossible. Tout est impossible. Je n’en ai tout simplement pas les moyens. Ma priorité chaque jour est uniquement de faire en sorte que nous ayons assez à manger.

C’est une lutte sans fin également pour trouver des chaussures et des habits à la bonne taille et de saison. Un jour, j’ai acheté une veste pour mon fils sur internet parce que c’est beaucoup moins cher. À la poste, ils ont refusé de me remettre le paquet, parce que j’avais le « papier blanc », et que ce n’était pas valable. Ils ont renvoyé le colis à l’expéditeur ! J’ai beaucoup pleuré ce jour-là de me sentir comme au rebu. J’ai été humiliée de n’avoir pas d’identité et de n’être personne, et de n’avoir pas même le droit de recevoir une veste pour mon fils par la poste, comme s’il s’agissait d’un crime. J’ai demandé sans cesse et sans cesse à l’EVAM de me procurer un programme d’occupation, même contre une toute petite rémunération, n’importe lequel, pourvu que je puisse faire quelque chose et ramener un peu d’argent à la maison. On me disait toujours « il n’y a pas de place, attendez six mois ». Et ainsi six mois plus tard, et encore six mois plus tard, et encore six mois plus tard… Depuis 8 ans je n’ai eu accès à aucun programme d’occupation, sans doute parce que je suis la femme qui doit rester à la maison s’occuper des enfants ! Mon mari a pu en suivre seulement deux, ce qui n’est pas suffisant pour nous aider vraiment.

Des fois j’ai des idées noires. J’arrive complètement au bout de cette situation. Il m’arrive de penser que je deviens folle, que je vais passer dans une dépression qui va m’aspirer complètement, dont je ne pourrai plus jamais sortir. Je sens comme quelque chose de détruit au fond de moi à force d’avoir dû me battre en vain contre des murs, des barrières et des interdits. Je ne souhaite qu’une seule chose, c’est pouvoir enfin aider mes enfants à grandir bien, dans une vie avec de vraies possibilités et de vraies perspectives. Pour le moment, cela m’est interdit. Je ne peux pas éduquer mes enfants comme il faut, parce que je suis à « l’aide d’urgence », une aide de secours, juste pour survivre. »




Pour citer ou reproduire l’article :
Aide d’urgence : seulement pour survivre, publié sur le site de Droit de rester pour tou∙te∙s, décembre 2017, http://droit-de-rester.blogspot.ch/