Nous soutenons l'occupation de l'église St-Laurent par le Collectif-R afin d'y constituer un refuge contre les renvois de requérant-e-s d'asile débouté.e.s. Stop aux renvois Dublin! Soutenez le refuge et signez le manifeste:

lundi 21 mai 2012

SLEEP IN ...ET PASSE LA JOURNEE DEHORS AVEC TON SAC SUR LE DOS


Voici la nouvelle formule inventée par l'EVAM pour les migrants à l'aide d'urgence :un lit entre 19 h et 9h du matin et après ....la rue avec leurs affaires sur le dos.
C'est « une organisation spécifique, légère et peu coûteuse », nous dit l'EVAM dans son communiqué à l’occasion de l’ouverture de cette nouvelle structure à Morges ce lundi 21 mai 2012

 C'est une organisation qui viole  l'article 12 de la Constitution suisse, « Quiconque est dans une situation de détresse et n’est pas en mesure de subvenir à son entretien a le droit d’être aidé et assisté et de recevoir les moyens indispensables pour mener une existence conforme à la dignité humaine » ajoutons nous.

Déjà enterrés dans les abris PC avec un suivi minimal, voilà maintenant des hommes célibataires frappés d'une nouvelle mesure indigne qui les oblige à errer toute la journée dans les rues avec leurs affaires sur le dos, sans l'assurance  de pouvoir retrouver une place au Sleep-in le soir et en attente d'être renvoyés de force du territoire suisse. Cette mesure est-elle conforme à la dignité humaine ?

Il est inacceptables que des personnes soient enterrées dans les abris PC ou jetées à la rue, soit disant faute de place dans les centres. Le mois de novembre dernier, on nous avait décrit cette mesure comme une lutte contre la criminalité et le trafic de drogue dont les requérants d'asile  seraient les auteurs. Les priver d'un lieu à soi, les laissant sans argent et sans ressources, en les exposant à l'errance, est-ce bien une mesure efficace contre la petite délinquance qui est une conséquence de la misère dans laquelle cette population est  plongée délibérément ?

Déjà annoncée en novembre 2011, la possibilité d'ouverture d'un Sleep-in  devait  être soumise, selon le chef du département concerné, M. Leuba, à un examen de sa constitutionnalité.

Nous demandons à M. Leuba et au Conseil d'Etat de nous fournir les éléments qui prouvent que cette mesure est conforme à la Constitution suisse.

Nous demandons à M. Leuba et au Conseil d'Etat du canton de Vaud la fermeture immédiate du Sleep-in et un hébergement conforme aux droits fondamentaux de tout être humain, dont les hommes célibataires requérants d'asile font partie.

Halte à l’instrumentalisation des requérants d'asile comme porteurs de menace et d'insécurité
Halte à une politique migratoire sans humanité

Aucun commentaire: