Nous soutenons l'occupation de l'église St-Laurent par le Collectif-R afin d'y constituer un refuge contre les renvois de requérant-e-s d'asile débouté.e.s. Stop aux renvois Dublin! Soutenez le refuge et signez le manifeste:

mardi 5 juin 2012

Le sleep-in de Morges : des conditions de vie indignes et contre-productives


La nouvelle structure « d’accueil » ouverte par l’EVAM à Morges le 21 mai dernier n’a pas fini de faire parler d’elle… L’ancien centre carcéral « Le Tulipier » a été reconverti pour offrir chaque soir 24 lits à des hommes mis à l’aide d’urgence. Les déboutés de l’asile qui veulent y dormir doivent aller chaque matin à Lausanne chercher un bon par leurs propres moyens (alors qu’ils n’ont pas le droit de travailler et ne reçoivent pas d’argent), en espérant y trouver de la place. Ces migrants sont ici et leur rendre la vie la plus insupportable possible pour les inciter à partir relève de l’absurdité et du mépris.

Nous avons dénoncé le projet de sleep-in en novembre 2011 déjà. Philippe Leuba nous avait alors répondu qu’il en étudierait la constitutionalité. Qu’en est-il donc ?
L’EVAM a décidé d’ouvrir le centre de Morges qui pourrait, selon son communiqué du 15 mai 2012, servir d’essai pour un autre sleep-in à Lausanne. Il s’agit là d’une dégradation progressive des conditions d’hébergements que l’EVAM réserve aux requérants d’asile.

Pour rappel, le 20 mai 2008, une délégation du Grand conseil vaudois avait visité les centres de Vennes, toujours en activité en 2012, et du Simplon (celui-ci est désormais fermé), destinés à accueillir les requérants d’asile déboutés. La délégation était revenue choquée des conditions de vie précaires des habitants de ces centres. La libérale Elisabeth Ruey expliquait ainsi dans la presse que ces conditions sont « inhumaines sur la durée » (dépêche ATS 20.5.8). On est en 2012, et on y retrouve aujourd’hui encore les mêmes personnes. En 2009, l’EVAM ouvre le premier abri PC pour loger des requérants d’asile déboutés. Ces abris se sont désormais multipliés, à Orbe, Pully, Gland, au Mont-sur-Lausanne, etc. et il est devenu banal de faire dormir des gens sur une longue durée dans des dortoirs étouffants, sans fenêtre, et de les obliger à se rendre la journée dans des structures de jour.
L’EVAM pousse désormais la déshumanisation plus loin avec le centre de Morges puisqu’il n’est même plus possible d’y conserver des affaires personnelles, ni d’avoir de garantie de dormir deux nuits de suite dans le même lit.

Ces conditions sont telles que des employé-e-s de l’EVAM ont décidé de briser le silence et d’exprimer publiquement leur désaccord avec les méthodes d’une institution publique qui a théoriquement comme mission première l’ « accueil » des migrant-e-s. Dans une lettre ouverte envoyée au journal Le Temps (édition du 5.6.12), que nous nous sommes aussi procurée, sept personnes qui travaillent régulièrement avec des hommes à l’aide d’urgence dénoncent une mesure « qui n’a d’autre but que de provoquer une souffrance humaine inutile, voire contre-productive ».

Ces professionnel-le-s tirent la sonnette d’alarme : il est temps d’arrêter cette spirale de dégradation de la vie des migrant-e-s !

Nous exigeons la fin du régime de l’aide d’urgence et la réintégration des personnes déboutées de l’asile dans le régime de l’aide sociale, ce que font plusieurs cantons. Ce régime leur permettrait de travailler et de se prendre en charge de manière digne et n’est pas plus cher pour le canton. Nous exigeons la fermeture des hébergements collectifs qui nuisent à la santé psychique des migrant-e-s.
Nous exigeons la création d’une commission d’enquête sur le fonctionnement de l’EVAM, institution publique qui trahit sa mission d’accueil des migrant-e-s.
Nous demandons aux député-e-s du Grand Conseil de se saisir de la question et d’aller visiter les centres d’hébergement des migrant-e-s.
Nous demandons au Conseil d’Etat de faire respecter le droit inaliénable à la dignité humaine.

Aucun commentaire: