Nous soutenons l'occupation de l'église St-Laurent par le Collectif-R afin d'y constituer un refuge contre les renvois de requérant-e-s d'asile débouté.e.s. Stop aux renvois Dublin! Soutenez le refuge et signez le manifeste:

samedi 21 juin 2014

Venez nombreuses et nombreux pour fêter les 10 ans du mouvements des "523"!

Il y a 10 ans, le 24 juin 2004, s'est créée la Coordination Asile Vaud, comme réponse à la volonté des autorités d'expulser 523 personnes débouté.e.s du droit d'asile. Le "Mouvement des 523" était ainsi lancé.

Durant plus de 4 ans, une lutte de résistance a été menée, bénéficiant d'un formidable soutien populaire et débouchant sur la régularisation de centaines de personnes réfugiées.
Pour marquer cet anniversaire, pour rappeler que les luttes paient, pour nous retrouver dans une ambiance festive (repas, musique), pour échanger sur cette aventure humaine et militante, pour entendre des témoignages, pour faire le lien avec les luttes actuelles des personnes migrantes et réfugiées, nous vous invitons

LE VENDREDI 27 JUIN, DES 17 HEURES 
à la Fraternité du Centre social protestant
Place Arlaud 2 à Lausanne


Venez nombreuses et nombreux partager ce moment!

N'hésitez pas à faire suivre cette invitation!

mercredi 18 juin 2014

Occupation de l'EVAM

Le 11 juin 2014, un groupe de personnes en colère a pris possession du nouveau siège de l'Etablissement vaudois d'accueil des migrants (EVAM), à la route de Chavannes 33 à Lausanne.
La suite sur le site du collectif du 11 juin!

jeudi 12 juin 2014

Manifestation pour les droits des migrant-e-s

Environ 500 personnes ont défilé hier dans les rues de Lausanne pour réclamer un véritable accueil des migrant-e-s. Voici les prises de position des membres du collectif droit de rester: 




Ce matin un groupe de personnes en colère a pris possession du nouveau siège de l'Etablissement vaudois d'accueil des migrants), à la route de Chavannes 33 à Lausanne.Par cette occupation pacifique et symbolique, nous avons affirmé que la violence d'Etat exercée à l'encontre des requérants d'asile ne peut plus durer. l'EVAM abuse régulièrement de son pouvoir et ses pratiques choquent nombre de professionnels de la santé et du social actifs sur le terrain. Ainsi l’EVAM entasse des personnes vulnérables dans des abris de protection anti-atomiques insalubres, au mépris des avis médicaux ; il jette à la rue des requérants d’asile en guise de punition ; des familles sont continuellement déplacées au mépris de la scolarité des enfants.
Interpelé par notre présence, le directeur de l’EVAM, Erich Dürst, est venu justifier ces mesures sans nous donner d’argument acceptable. Nous réclamons un accueil respectueux de toutes et de tous, pour le droit de tout le monde à vivre dignement. Nous demandons au canton de Vaud d’enquêter sur les abus de l’EVAM.
Nous allons continuer à dénoncer les traitements que réserve l’EVAM aux migrants et nous vous appelons à manifester votre solidarité. Vous pouvez notamment rejoindre le collectif droit de rester, qui a organisé cette manifestation.
***

Parce que les personnes qui viennent demander l’asile en Suisse sont traitées comme des criminels ; parce que des débouté-e-s de l’asile vivent ici depuis des années dans des conditions inacceptables ; parce que les chicaneries administratives, les contrôles policiers incessants, les humiliations et les emprisonnements se multiplient : nous sommes ici pour toutes ces raisons, et nous dénonçons ces pratiques scandaleuses et réclamons une véritable politique d’accueil des migrant-e-s.
La Suisse n’est pas encerclée de barbelés électrifiés, mais elle l’est pas ceux de la Loi sur l’asile qui empêchent les migrant-e-s d’accéder à leurs droits fondamentaux. L’Office fédéral des migrations exerce un pouvoir absolu sur leurs vies et ce même pouvoir est conféré aux autorités cantonales. Le Service de la population vaudois et l’Etablissement vaudois d’accueil des migrants exercent impunément ce pouvoir sur les migrant-e-s.
Le droit à l’asile est devenu une question purement administrative de contrôle des flux migratoires et non une politique d’accueil. Et nos autorités politiques s’accommodent parfaitement des diktats de Berne.
La société civile, trahie par des initiatives populistes, n'a plus aucun contrôle sur les pratiques de l’ODM, les migrant.e.s mis.e.s à l'écart sont devenu.e.s les otages d'une administration toute puissante.
Nous réclamons un droit de regard sur les agissements de l’administration en charge des migrants.
Le moment est venu de montrer par les faits que le canton de Vaud a dit non à la dernière votation du 9 février et qu'il ne veut pas d'un nouveau durcissement de la loi sur l'asile : non aux contingentements des migrant.e.s
Nous exigeons de la part des autorités du canton de Vaud un changement dans la politique d’asile et une preuve d’indépendance face à Berne.
Nous exigeons :
1.     de refuser d’appliquer les contingents prévus par l’initiative UDC
2.     la mise en oeuvre d’une politique de régularisation collective des sans-papiers
3.     l’abolition du régime d’aide d’urgence et la fin de l’interdiction de travailler et de se former pour les requérants déboutés de l’asile
4.     la garantie d’un véritable accès aux soins pour toutes et tous les requérants d’asile
5.     des logements décents pour les requérants d’asile et la fermeture immédiate des abris PC
6.     nous exigeons la fin de la détention administrative. Il faut arrêter de financer les prisons de la honte.

Nous proclamons le canton de Vaud TERRE D’ACCUEIL DES MIGRANTS

***

LETTRE OUVERTE à l’intention du Service de la population, SPOP, avenue de Beaulieu… ou plutôt avenue de cauchemar pour les requérants et requérantes d’asile appelés affectueusement « sans papiers ».Nous, requérant-e-s d’asile, vous remercions pour les abris pc, à l’intérieur desquels même nos natels n’ont plus de réseau.
Nous, requérant-e-s d’asile, vous remercions pour l’interdiction de travailler et de nous assister socialement, alors que nous sommes des bras valides et pouvons contribuer au franc fort de ce pays.
Nous, requérant-e-s d’asile, vous remercions pour le renouvellement à tous azimuts de l’aide d’urgence, un statut ambigu et précaire.
Nous, requérant-e-s d’asile, vous remercions pour la pression quotidienne et la torture psychologique à notre égard, qui viennent s’ajouter à des conditions de vie dégradantes et humiliantes.
Nous, requérant-e-s d’asile, vous remercions pour cette prison à ciel ouvert.
Que pouvons-nous faire ? ma foi c’est la Suisse! Autant pour moi c’est la vie.
Nous, migrants et migrantes,  subissons la déshumanisation de la politique d’asile au point de perdre nos droits les plus fondamentaux.
Nous nous demandons pourquoi vous acceptez de l’argent de nos dirigeants, nos matières premières et vous rejetez aveuglement les vrais héritiers de ce qui précède ??
Que pouvons-nous faire ? Une fois de plus c’est la Suisse ! Autant pour moi c’est la vie.
Etranges nous sommes
Etranger-e-s nous sommes
Immigré-e-s nous sommes
Acteurs et actrices de nos vies nous serions avec un peu d’humanité de votre part.
  Les migrant-e-s du collectif Droit de rester
11 juin 2014
***

LETTRE A L’INTENTION DU SPOP

Chères compatriotes  de notre univers, vous qui travaillez aux bureaux du SPOP et de l’EVAM, comment allez-vous ? De notre coté, on ne vous cache rien, on est anxieux « LA BOULE AU VENTRE » comme on le dit.
Voila que nous nous retrouvons en face du SPOP, dans un lieu public, parce qu’on a besoin de votre aide pour être considérés, non pas comme des dossiers, mais comme des humains.
Vous êtes là parce que vous avez les compétences pour nous aider. On vous demande de faire équipe avec nous. On est conscients que vous avez besoin de savoir plus de choses sur nous. On répond à vos questions, mais on vous demande de ne pas trop gratter.
On aimerait aussi du respect, probablement comme vous. On a traversé beaucoup de choses dans la vie, des moments de bonheur, de douleurs probablement comme vous.
L’univers appartient à toutes et à tous, on aimerait bien le partager avec vous malgré la domination.
Ce qui est dur, c’est le regard des autres…
Lorsqu’on vient chez vous, on est vite marginalisés, considérés comme  des fautifs, des personnes qui n’auraient pas fait les choses comme il faut, mais on n’a rien fait de travers, probablement comme vous.
Peut être qu’on ne fréquente pas le même univers.
On vous demande de faire équipe ensemble, pour que nous trouvions le chemin pour construire un avenir plus humain, c’est la honte du 21 ème siècle.
Ne restez pas bloqués entre vos envies et une machine administrative, parfois ça doit vous décourager un peu, probablement comme nous.
Ceci est un appel à toutes et tous, AU SECOURS L’HUMANITE ; AU SECOURS !!!!

***

Est-ce que vous pourriez vivre chaque mois avec seulement 1 bon Migros de 10 CHF, et 4 bons Caritas de 5 CHF ? 
Nous, nous le pouvons pendant des années.  
Est-ce que vous pourriez vivre en mangeant des sandwich tous les jours pendant des mois ? 
Nous, nous le pouvons pendant des années. 
Est-ce que vous pourriez tous les jours faire le trajet Morges-Lausanne avec toutes vos affaires sur le dos pour obtenir le droit de retourner au sleep-in le soir ? 
Nous, nous le pouvons pendant des années.  
Est-ce que vous pourriez venir au SPOP tous les trois jours et attendre chaque fois une heure le prolongement de votre papier? 
Nous, nous le pouvons pendant des années.  
Est-ce que vos amis sont d’accord de vous héberger chez eux sans payer de loyer, puisque vous n’avez pas d’argent, car vous refusez de dormir dans un abri de Protection civile ? 
Nos amis le peuvent pendant des années.  
Est-ce que vous seriez prêt à courir le risque de faire de la prison et payer une amende de 3400 francs pour quitter le canton auquel vous êtes attribué ? 
Nous, nous le pouvons pendant des années.  
Est-ce que vous pourriez rester en Suisse et refuser de quitter ce pays, malgré toutes ces conditions, sans pouvoir partager vos souffrances avec votre famille et vos proches ?   
Nous, nous le pouvons pendant des années.  
Parce que nous sommes venues ici pour sauver nos vies. Ces conditions terribles dans lesquelles vous ne pourriez pas vivre, nous les subissons quotidiennement car nous ne pouvons pas vivre dans nos pays.