Nous soutenons l'occupation de l'église St-Laurent par le Collectif-R afin d'y constituer un refuge contre les renvois de requérant-e-s d'asile débouté.e.s. Stop aux renvois Dublin! Soutenez le refuge et signez le manifeste:

vendredi 26 janvier 2018

La famille Useinov ne doit pas être renvoyée!

En 2011 Abdullah Useinov et sa femme, Nazmie Useinova, arrivent en Suisse avec leur petite fille Mendie. Ils fuient la Macédoine où M. Useinov est menacé par des groupes violents locaux et où ils sont discriminés en tant que Roms. Ils déposent une demande d’asile à Vallorbe et ils sont transférés à St-Croix et puis à Yverdon. En 2012 naît leur deuxième enfant, Enes.

 La famille s’intègre facilement dans son quartier, grâce notamment à leur rapide apprentissage du français. Les enfants s’épanouissent à l’école locale: Mendie en 5ème année et Enes  en 2ème année. M. Useinov a participé pleinement aux programmes d’activités de l’EVAM et fait du bénévolat à Yverdon, déterminé à faire pleinement partie du tissu social de sa ville.

Après des réponses négatives à leur demande d’asile, la famille fait en 2017 une demande de régularisation, selon l’article 14 de la Lasi. Malgré leur parfaite intégration et la promesse de contrat de travail présenté par M. Useinov, la demande est refusée. Dès lors, ils vivent sous la menace constante d’un renvoi de force.


La famille Useinov ne peut pas rentrer en Macédoine. M. Useinov y risque sa vie. Les enfants ne connaissent pas le macédonien. Madame est malade, elle et les enfants souffrent de cette situation instable et sont suivis par des psychologues. En Suisse, ils pourraient finalement bénéficier d’une vie stable et en sécurité. 

Pétition à télécharger et renvoyer au plus vite à Coordination Asile Migration, CP 5744, 1002 Lausanne

Qui écoute les enfants les plus démuni·e·s?

Chercheurs, experts en sciences juridiques et hauts fonctionnaires se réunissen ce 26 janvier à l’UNIL pour une journée dédiée à la participation des enfants dans les décisions qui les concernent, sous l’impulsion du département de la formation de la jeunesse et de la culture du canton de Vaud. Au même moment, depuis le début de l’année le canton a assigné à résidence de nombreuses familles en vue de les renvoyer. Le Collectif Droit de rester est particulièrement inquiet pour trois familles, soit cinq enfants, dont quatre scolarisés, menacées de renvoi immédiat.

Enfants mis en danger par la politique migratoire suisse et vaudoise

Alors même que l’événement dénommé Réflexe Participatif cherche à mettre en place des réponses aux besoins des enfants du canton, trois familles différentes sont tétanisées chez-elles, assignées à résidence en vue d’un renvoi forcé. Quatre quatre scolarisés depuis plusieurs années et un né en suisse voient leur vie menacée par une décision politique qui ne les a aucunement pris en compte.

Trois familles : trois menaces de renvois impitoyables

En 2011 Abdullah et Nazmie Useinov arrivent en Suisse avec leur petite fille Mendie. Ils fuient la Macédoine où M. Useinov est menacé par des groupes violents locaux et où ils sont discriminés en tant que Roms. En 2012 naît leur deuxième enfant, Enes. Après des réponses négatives à leur demande d’asile, la famille fait en 2017 une demande de régularisation. Malgré leur parfaite intégration et la promesse de contrat de travail présenté par M. Useinov, la demande est refusée. Dès lors, ils vivent sous la menace constante d’un renvoi de force. Les enfants vont à l’école à Yverdon depuis plusieurs années et ne connaissent pas le macédonien. Leur maman est malade et ils souffrent tous de cette situation instable et sont suivis par des psychologues. En Suisse, ils pourraient finalement bénéficier d’une vie stable et en sécurité mais le canton en a décidé autrement.
Mme Tegy, 29 ans, éthiopienne, et son fils d’une année ont quitté la Grèce après la disparition du père de l’enfant. Seule en Grèce avec son bébé, et bien qu’elle ait obtenu la protection de cet Etat, Mme Tegry n’avait pas accès à un logement stable ni à des soins médicaux pourtant indispensable. Ils ne survivaient que grâce aux distributions de nourriture gratuite. Seule avec son enfant Mme Tegry a entrepris un difficile voyage vers la Suisse où elle a demandé l’asile. Sa demande a été rejetée et les autorités suisses cherchent à la renvoyer avec son fils en Grèce. Afin de faciliter son renvoi, Mme Tegry est assignée à résidence au foyer EVAM. Le 16 janvier 2018 une dizaine de policier sont venu la chercher. Face à son refus de lâcher son enfant qui s’était réfugié dans ses bras, les policiers sont repartis en la menaçant de revenir bientôt, de la menotter et de la séparer de force de son enfant durant le vol vers Athènes.
La famille X. vit depuis quatre ans en Suisse, ces deux parents ukrainiens et leurs enfants, aujourd’hui âgés de 11 et 13 ans, se sont parfaitement intégrés. Parlant français, le père, plurilingue, travaille comme auxiliaire pédagogique et la mère a suivi une formation d’auxiliaire de santé. Les enfants, scolarisés depuis tout ce temps en Suisse, sont des élèves exemplaires avec d’excellentes notes, la fille suivant aujourd’hui la voie prégymnasiale. 
Les quatre membres de la famille X. font actuellement l’objet d’une assignation à résidence au Foyer EVAM Ste-Agnès à Leysin en vue d’un renvoi, car leur demande d’asile n’a pas été acceptée. Ils vivent dans un état d’angoisse permanent par peur de se faire arrêter.

Une situation inacceptable pour les enfants exilés

L’article 12 de la Convention Internationale de L’ONU Relative aux Droits de l’Enfant stipule que chaque enfant a le droit de s’exprimer et est pris en considération sur les décisions qui le ou la concerne. Or ces enfants n’ont nullement été entendus par les autorités malgré le fait qu’un renvoi les séparera de tout ce qui leur est familier et sécurisant.


Le Collectif Droit de Rester Lausanne dénonce ces renvois inhumains et souhaite pointer du doigt l’hypocrisie du canton, qui se targue de prendre en compte la voix des enfants vaudois alors même qu’il ignore celles des plus démunis. Le collectif demande l’arrêt immédiat de la procédure de renvoi ainsi que la régularisation de ces deux familles.

vendredi 19 janvier 2018

Le collectif apporte le débat sur l'accès à l'emploi à l'EVAM


Aujourd’hui 19 janvier 2018, le Collectif Droit de Rester s’est invité à un repas organisé à la cafétéria du siège administratif de l’EVAM (route de Chavannes 33, Lausanne) pour rappeler à la direction de l’EVAM et aux autorités en charge de l’asile dans le canton de Vaud, leur revendication au droit au travail et à la formation et leurs demandes d’amélioration des conditions de vie dans les foyers. Muni·e·s de pancartes et de tracts, les membres du Collectif Droit de rester ont interpelé M. Dürst, Directeur de l’EVAM, M. Philippe Leuba, ainsi que les autres cadres et responsables politiques présents sur la situation des personnes déboutées vivant dans les foyers, subissant des règlements inhumains et forcées à l’inactivité en raison de l’interdiction de se former ou de travailler qui leur est imposée, parfois depuis de longues années.

Pour rappel, une pétition en faveur du «Droit au travail et à la formation pour toutes et tous!» a été lancée le 26 novembre 2017. La récolte de signatures est toujours en cours. En effet, près de 800 personnes déboutées de l’asile vivent dans le canton de Vaud, certaines depuis des années leur renvoi étant impossible ou inexigible, sans avoir la permission de faire une formation ou de travailler. Pourtant, le droit au travail, comme le droit à la formation, sont des droits fondamentaux de chaque être humain. Une copie du dossier a été remise en mains propres aujourd’hui à Philippe Leuba.

La situation des jeunes est particulièrement dramatique. Arrivé·e·s en Suisse souvent mineur·e·s, ils et elles ont fait l’école obligatoire dans le canton, avant de commencer un apprentissage, et de le terminer lorsqu’il n’est pas interrompu par la fin d’une procédure d’asile. Malgré leur formation, ces jeunes se retrouvent ensuite sans activité, condamné·e·s à une assistance minimale alors qu’ils et elles ont des compétences reconnues qui pourraient profiter à la société. Il en va ainsi par exemple de M.A.K., d’origine ivoirienne, qui a obtenu un CFC en soins et santé communautaire, avant de recevoir une interdiction de travail. Habitant Lausanne depuis 7 ans, M.A.K explique: «Je me sens inutile, on m’assujettit en me condamnant au rang d’assisté au strict minimum vital, dans l’anonymat total, désœuvré avec l’interdiction de travailler malgré ma bonne volonté et ma promesse d’engagement. Psychiquement ce système est dégradant et inhumain.»

Cet été, le Collectif Droit de rester avait également déposé à la direction de l’EVAM une lettre demandant l’amélioration des conditions de vie dans les foyers. À ce jour l’EVAM n’a toujours pas répondu et les réponses reçues de la part du Conseiller d’État Leuba n’ont satisfait à aucune de leurs revendications.

Le Collectif et les personnes concernées désirent, par l’action d’aujourd’hui au siège de l’EVAM, attirer l’attention sur la situation inacceptable des personnes vivant à l’aide d’urgence depuis des années dans le canton de Vaud et privées de leurs droits fondamentaux.




jeudi 11 janvier 2018

Nouveau renvoi tragique en Italie

La famille Alaoui [nom d’emprunt], d’origine syrienne, vivait à Damas, pratiquement sous les bombes avant de fuir le pays. Ils étaient dans la guerre et sous le siège de l’armée depuis quatre ans. Ils entendaient les tirs et les explosions, il y avait des morts dans la rue et plusieurs fois les soldats conduisaient des rafles au hasard et emportaient de force les jeunes hommes. Finalement leur maison a été détruite par deux explosions au cours d’un raid aérien. La famille a vécu une année en Libye jusqu’à ce que la situation de sécurité se dégrade à nouveau. Il y avait des échauffourées et les barrages étaient de plus en plus fréquents, ainsi que les arrestations chicanières des miliciens qui ne cessaient de leur demander leurs papiers en leur disant que c’étaient des faux, ou cherchaient des prétextes pour leur extorquer de l’argent.

Ils ont pris un «gros bateau» et sont arrivés sur les côtes de la Sicile. La police a installé un check point directement sur le port à la descente du bateau. Leur nourrisson avait une forte fièvre et un médecin qui se trouvait sur le bateau avait dit qu’il devait être conduit à l’hôpital. Les policiers ont refusé que le bébé y soit amené tant que les formalités d’enregistrement n’étaient pas accomplies.

À l’hôpital, la petite a été gardée de 4 h du matin à 16 h le jour suivant. Puis ils sont partis. Ils ont erré pendant deux jours avant de se rendre à Milan où ils ont envisagé de passer la nuit dans un parc. Une personne parlant l’arabe les a abordés et les a conduits dans un endroit où ils pourraient dormir. C’était les sous-sols d’un bâtiment, avec de petites fenêtres trop hautes pour voir dehors, où s’entassaient 15 personnes, dont plusieurs enfants. Ils dormaient assis par terre. Il n’y avait rien, aucun aménagement, pas de matelas ni même de cartons au sol. L’endroit était malsain et nauséabond, mais il faisait très froid dehors. Après trois jours, ils sont venus en Suisse où ils ont demandé l’asile.

Ils sont arrivés tous ensemble, Mme et M. Alaoui et leur bébé, les parents et deux frères de Madame. Pour des raisons inconnues, le SEM a attribué les parents et les frères au canton de Neuchâtel, et le couple avec le bébé au canton de Vaud. Madame n’avait jamais vécu sans ses parents et cette séparation incompréhensible a été une souffrance pour elle.

Toute la famille s’est rapidement trouvée prise dans les procédures Dublin de renvoi vers l’Italie. Mais le canton de Neuchâtel a renoncé au renvoi des parents et des frères qui vont maintenant rester en Suisse pour leur demande d’asile. Tandis que le SPOP met tout son zèle à renvoyer Mme Alaoui, son mari et leur petite fille âgée maintenant de 1 ½ an.

Or, la famille est très vulnérable. L’enfant est née prématurément avec un poids de moins de 1 kg! Dans les premiers jours, les premières semaines et les premiers mois de sa vie, où la famille vivait dans des conditions extrêmes en situation d’exil, ses parents ont maintes fois cru qu’elle allait mourir. Ils ont contracté des angoisses importantes et une sensibilité accrue aux risques liés aux déplacements forcés. Madame est effrayée à l’idée de se trouver à nouveau déstabilisée par un renvoi dans un pays où elle a mal vécu, dans un état de détresse et où il n’est nullement garanti qu’ils auront accès à un logement, ni aux soins médicaux indispensables au bon développement de l’enfant.

Elle se trouverait séparée pour de vrai de ses parents dont la présence et le soutien sont pourtant indispensables. Un certificat médical explique en effet que l’enfant est suivie régulièrement en neuropédiatrie du fait d’un handicap causé par une naissance prématurée et des séquelles neurologiques. L’enfant présente un retard de développement moteur. Il s’agit d’un handicap à long terme avec un pronostique réservé.

Le renvoi de la famille en Italie est contraire aux intérêts de l’enfant qui a besoin de stabilité, de préserver ses liens avec ses grands-parents et ses oncles, et d’un suivi neuropédiatrique spécialisé au long cours.

Ce suivi serait irrémédiablement interrompu, ce qui porterait une atteinte irréversible à la santé de l’enfant qui souffre d’un handicap moteur susceptible de ne pas évoluer positivement. Toute atteinte à la santé, prévisible et potentiellement irréversible, en toute connaissance de cause, est un mauvais traitement au sens de l’article 3 CEDH.

La coupure de l’enfant de son environnement constitué en Suisse, à un âge où il n’est pas en mesure de comprendre les raisons de ces changements et moins encore la séparation d’avec ses grands-parents, porte atteinte à son sentiment de sécurité et à son bien-être. L’exécution du renvoi emporterait violation du droit de l’enfant au respect de sa vie familiale au sens de l’article 8 CEDH.

Actuellement, M. Alaoui a été placé en détention administrative. Son épouse est paniquée et désorientée. Une fois de plus la sécurité et la santé de sa fille sont exposées à un danger, ce qui est insupportable.

La place de l’enfant et les questionnements sur son bien-être sont insuffisants dans les décisions tant fédérales que cantonales en matière d’asile, ce qui aggrave considérablement la brutalité des renvois Dublin et porte atteinte au droit des familles de vivre dans la dignité et en paix. Les intrusions disproportionnées de l’autorité de police dérangent et détruisent le cadre qu’elles instaurent parfois avec peine, censé garantir la sécurité de leurs enfants. 
 
Droit de rester, 11 janvier 2018.

Pour citer ou reproduire l’article :
Nouveau renvoi tragique en Italie, janvier 2018, http://droit-de-rester.blogspot.ch/