Nous soutenons l'occupation de l'église St-Laurent par le Collectif-R afin d'y constituer un refuge contre les renvois de requérant-e-s d'asile débouté.e.s. Stop aux renvois Dublin! Soutenez le refuge et signez le manifeste:

vendredi 25 mars 2011

THE INVISIBLE WALL / ΤΟ ΑΟΡΑΤΟ ΤΕΙΧΟΣ

Comme chaque année avec le début du printemps, la majorité des conversations tournera bientôt sur la question des vacances. Un court reportage à voir avant, histoire de replacer quelques priorités....

mardi 22 mars 2011

La mort ou l’expulsion…seules solutions pour les débouté-es de l’asile ?


Mars 2010, mort d’un requérant d’asile à l’aéroport de Zürich lors de son expulsion forcée (après une grève de la faim)
Août 2010, suicide d’un requérant d’asile à Gland
Février 2011, suicide d’un requérant d’asile à la prison de Zürich
Mars 2011, mort d’un requérant d’asile dans l’abri PC de Nyon

D’autres encore sont probablement morts dans le silence et l’anonymat.

Comme toutes les personnes déboutées de l’asile, ces requérants étaient en Suisse dans l’espoir d’une vie meilleure, d’un accueil humain à leur détresse. Ils sont morts, désespérés, en raison du démantèlement de leurs droits, démantèlement inscrit dans l’orientation répressive de la politique en matière d’asile avec notamment ,
- des exigences kafakiennes et insurmontables dans les démarches pour obtenir l’asile ou pour faire valoir une régularisation.  
- des conditions de vie inacceptables pour les personnes soumises à l’aide d’urgence et interdites de travail.
- des mois de détention administrative avant la violence des vols spéciaux
Au moment où le Conseil d’Etat du Canton de Vaud refuse la remise en cause de l’application des critères pour l’art. 14 de la Lasi (voir réponse du CE de janvier 2011), nous attendons que les député-es vaudois-es réagissent à la politique aveugle et sans issue poursuivie par le DINT. Nous devons absolument remettre en question les ordonnances d’applications et les critères de plus en plus restrictifs appliqués par l’ODM.
Nous attendons des réponses aux questions suivantes:
Les autorités du canton de Vaud vont-elles continuer à ignorer la réalité ? 800 personnes vivent ici sous le régime de l’aide d’urgence et sont « tenues de quitter le pays » sans pour autant le quitter par impossibilité d’un retour dans leur pays.
Toutes ces personnes déboutées de l’asile vont-elles rester à vie à l’aide d’urgence?
Ou bien seront-elles toutes renvoyées par la force avec les avions de la honte ?
Le désœuvrement forcé, l’interdiction de travail, la mise à l’écart de la société, les conditions de vie inacceptables vont-elles perdurer pour les personnes à l’aide d’urgence depuis tant d’années ? Ou va-t-on enfin envisager de réintégrer ces personnes dans le système, en leur octroyant un titre de séjour et des droits fondamentaux?

Il est de notre devoir à toutes et à tous de nous engager pour que changent le plus vite possible leurs situations tant sur le plan juridique que sur celui des conditions vie.

Stop aux renvois, régularisation de toutes les personnes qui se trouvent dans une impasse juridique !
Pour  leur et notre dignité : pour le respect des droits fondamentaux de tout être humain.

Plus aucune personne ne doit mourir à cause de nos lois ou de notre façon de les appliquer !

Journée d'action samedi 26 mars 2011 Lausanne-Zurich

 La politique d'asile suisse a fait des nouveaux morts!
Luttons contre la torture et les assassinats des personnes sans-papiers!
Liberté de circulation pour tous et toutes!

Stand et action
Place de la Palud, Lausanne, 11h – 14h


Et le même jour: manifestation Samedi, 26 Mars:
C O N J U G A I S O N   A U   L I E U   D E   R E P R E S S I O N
L ' E D U C A T I O N   N ' E S T   P A S   U N   C R I M E

Départ : Stadthausanlage à Bürkliplatz, Zürich, 14:00

jeudi 17 mars 2011

Manifestation samedi 19 mars, 11h30 Lausanne

Contre la répression en Libye et à Bahreïn ! En solidarité avec les
révolutions dans les  pays arabes
Lausanne doit avoir sa place Tahrir ! 
Manifestation samedi 19 mars à 11h30 à St-François.

La manifestation est organisée par le Collectif de solidarité avec les luttes populaires du Maghreb et du Moyen-Orient. 

Des membres du collectif Droit de rester y seront pour dénoncer les conséquences de cette répression du point de vue des migrant-e-s et de la politique suisse dissuasive et répressive de déni d'asile.

dimanche 13 mars 2011

Conjugaison au lieu de répression - l'éducation n'est pas un crime

Manif samedi 26 mars 2011, 14:00, Zurich

L'école autonomme de Zurich (ASZ) et Bleiberecht Suisse portent leur lutte dans la rue : pour l'autogestion et l'autonomie, pour le droit fondamental à l'éducation et le droit de rester pour tout-e-s, contre exclusion. Contre les abus délibérés et à caractère raciste de la police de la ville de Zurich contre des participant-e-s de l'ASZ.
Appel officiel et flyer à suivre, demande de permis sera déposée. Infos suivront sur www.droitderester.ch et www.bleiberecht.ch

Appel public concernant le débat parlementaire urgent du 16 mars sur la situation dans l'Afrique du Nord

Le collectif Droit de rester signe l'Appel public concernant le débat parlementaire urgent du 16 mars sur la situation dans l'Afrique du Nord, lancé par Sosf, Art & Politique, JDS-DJS et Solifonds.

Ces dernières semaines, des milliers de réfugiés ont fui la Libye vers la Tunisie et l’Égypte, et les populations locales les ont accueillis. Bien que ces populations soient elles-mêmes en proie à des troubles politiques et démunies, elles ont fait ce qu’elles ont pu pour venir en aide aux arrivants. Pendant ce temps, en Europe et en Suisse, on élabore des scénarios catastrophes parce que quelques Tunisiens ont traversé la Méditerranée. Des millions de francs doivent être débloqués, les gardes-frontières et même l’armée doivent être mobilisés pour empêcher les intrus d’entrer et pour les refouler.

mercredi 9 mars 2011

Quelque chose de pourri...


voici un texte pêché sur le site de "Rébellion! Le site de l'Organisation Socialiste Libertaire", à découvrir ici:

Rebellion spéciale concernant les dernières luttes de l'année dernière et les perspectives pour cette année: 
Quelque chose de pourri...

Mais où s'arrêtera l'abjecte politique helvétique ? Un groupe de fonctionnaires zélés, sur les bonnes recommandations d'un.e Conseiller,ère fédéral.e anonyme, réfléchit à diverses « idées » pour endiguer l'immigration illégale comme par exemple la dénonciation des enfants sans-papiers par les établissements scolaires. Choquant ? A peine, quand on regarde le wagon d'injustices entérinées ces derniers mois et celles qui n'attendent plus qu'à faire leur sinistre apparition en 2011. Rétrospective et tentative d'analyse succincte de différents événements politiques de 2010 et quelques perspectives pour 2011.

Plus de limites dans l'injustice

Tout ce qui compose l'appareil de domination politique et idéologique de ce pays a perdu définitivement ses derniers complexes « droit-de-l'hommistes » qui n'étaient de toute manière que pure bienséance. Finit les petits ronds de jambe, vive la real politik effectuée à coups de discriminations en tout genre et de destruction des droits sociaux primordiaux. Dénoncer des enfants sans-papiers par le biais de leur établissement scolaire et avec le concours des enseignant.e.s est devenu une option à laquelle « on peut réfléchir » dans les salons feutrés de la Berne fédérale. On en a finit avec ces considérations « obsolètes » telles que le droit à l'éducation – chez les dominants, on ne s'arrête plus à ces futilités.
Lire la suite...

mardi 1 mars 2011

Soirée de soutien au collectif Droit de rester 12 mars

Samedi 12 mars, à l'Espace Auto-géré, rue César Roux 30, Lausanne:  

19h Ouverture des portes
20h Projection : « Découragés mais encore là », A-Film, Zürich, 2010
Débat sur le racisme institutionnel, en présence de Bleiberecht (Zürich), du MLCR, d'Anne-Catherine Menétrey-Savary et d'autres intervenant-es
22h Concert
LAPSUS (rock) + DJ bouzet
La soirée est organisée par Droit de rester, Mouvement de lutte contre le racisme (MLCR) et l'Espace autogéré

BIENVENUE aux migrant-e-s du Maghreb, du Proche-Orient et du Moyen-Orient en lutte!

Les gouvernements occidentaux observent les soulèvements dans le monde arabe avec une attitude qui oscille entre admiration, malaise et stupeur. Le malaise est inévitable, tant les grandes puissances et les pays riches ont montré de complaisance économique et politique à l'égard de ces dictatures. En matière migratoire, l'Europe forteresse a bâti sa politique d'externalisation des frontières et de sous-traitance des camps d'enfermement des exilé-e-s africain-e-s sur le régime des geôles libyennes 1 . La stupeur vient justement du fait que ce mur anti-migrant-e-s, efficacement géré par le clan Kadafi, s'effrite sous la révolte des peuples. L'Europe, modèle auto-affirmé de démocratie prêt-à-exporter, admire bien sûr cette volonté démocratique, mais s'empresse d'ajouter qu'elle comporte une menace que nous devons craindre par-dessus tout: l'afflux des réfugié-e-s. La construction de la peur a donc vite fait de gommer dans la tête des gens ici l'importance historique et politique de ces mouvements, ainsi que le droit de liberté et de protection de ces peuples.
Selon la vielle rhétorique éculée, les termes affluent justement, dans les médias ou dans la bouche des politicien-e-s, des ministres européens de l'Intérieur, des responsables de l'ODM ou encore de M. Philippe Leuba, conseiller d'Etat en charge du Département de l'intérieur (DINT) dans le canton de Vaud, pour dire leur grande stupeur: « invasion d'étrangers », « arrivée massive de migrants tunisiens en Italie », « les cantons craignent un afflux de réfugiés », « crainte d'un exode vers l'Europe », flot de « jeunes hommes en quête de solutions économiques » (lire: faux réfugiés), etc, etc. Et les journaux de proposer des sondages sur le risque de l'afflux: que pensez-vous de l'afflux? D'accord, pas d'accord, peur, pas peur, pour ou contre? Pourquoi les médias ne demandent-ils pas: savez vous que dit l'article 13 de la Déclaration universelle des droits de l'homme? Il parle du droit de quitter tout pays y compris le sien. Ou encore: savez-vous ce que garantit l'article 25 de la Constitution suisse? Le droit à ne pas être refoulé-e dans un pays où l'on risque persécution, torture ou traitement inhumain. Ces droits fondamentaux, issus d'une histoire traumatisante dont on espérait ne plus jamais répéter les horreurs que l'on sait, sont pourtant enterrés de plus en plus profondément sous-terre, à l'image des prisons secrètes de Kadafi, dans l'Europe néolibérale, raciste et répressive des années 2010.
C'est ainsi qu'à l'heure où nous devrions être en admiration devant ces luttes, prêt-e-s à les soutenir et accueillir leurs militant-e-s, à l'heure où des personnes se font massacrer en Libye, où les exilé-e-s fuient la faim et la terreur, ou simplement parce que des gens veulent partir, être libres, on nous assène une fois de plus la peur. L'Europe et la Suisse ont pour priorité d'assurer la fermeture de leurs frontières et la reconduction d'accords de « coopération migratoire » signés avec les dictatures. Dans la droite ligne de ce qui est mis en place depuis 30 ans à travers le démantèlement du droit d'asile, les migrant-e-s libyen-ne-s ou tunisien-e-s, avant même de fouler le territoire suisse, sont d'abord et avant tout une menace, avant d'être des personnes avec des droits. Tandis que les sans-papier en Suisse continuent de travailler dans l'ombre, que les requérant-e-s d'asile débouté-e-s croupissent dans des centres et que les renvois forcés maintiennent leur débit au mépris des droits fondamentaux, on commence déjà à criminaliser de nouvelles personnes, qui ne sont même pas encore là.
Les gouvernements trahissent ainsi leur grande crainte que ce souffle de liberté ne vienne fissurer la forteresse Europe. Mais cette peur n'est pas la nôtre. Nous n'avons rien à craindre, au contraire, nous nous réjouissons de rencontrer ces peuples et connaître leurs luttes, et la moindre des choses que nous puissions faire, est d'exiger la garantie de leur droit à quitter leur pays et à venir ici ou ailleurs. Un jour, la forteresse Europe ne sera plus qu'un château de cartes, car ses bases seront inéluctablement sapées par la quête de liberté de personnes, qui, comme en Tunisie, en Egypte, en Libye, exigent de pouvoir vivre dignement et veulent aussi, comme nous, pouvoir se déplacer lorsqu'elles le désirent ou en ont besoin.

Droit de venir pour toutes et tous!
Liberté de circulation pour toutes et tous!
Solidarité avec les peuples du Maghreb, du Proche-Orient et du Moyen-Orient en lutte!

1er mars 2011