Nous soutenons l'occupation de l'église St-Laurent par le Collectif-R afin d'y constituer un refuge contre les renvois de requérant-e-s d'asile débouté.e.s. Stop aux renvois Dublin! Soutenez le refuge et signez le manifeste:

mercredi 24 février 2010

Action contre les renvois

Piquet de protestation devant le SPOPJeudi 25 février 13h
(avenue de Beaulieu 19, Lausanne)
Le collectif Droit de rester se mobilise contre la nouvelle vague de renvois imminents. Des vols spéciaux sont prévus pour l’Afrique (RDC, Sierra Léone, Cameroun) à la fin du mois de février et au début mars.
Nous nous opposons à nouveau à ce que des personnes venues chercher un refuge en Suisse et pour certaines qui vivent ici depuis plusieurs années, qui ont parfois fondé une famille ici, soient expulsées vers un pays où elles n’ont plus de liens et où leur vie peut être en danger.
Nous craignons pour nos amis Emani, Pitchou, Christian, Barry et Diallo enfermés à la prison de Frambois depuis plusieurs mois, et maintenant Teka détenu à la prison régionale de Berne.
Nous exigeons du Canton qu’il applique l’art. 3 (alinéa 1, chiffre 4) de la Loi vaudoise sur les étrangers (LvLEtr), qui impose que les autorités vérifient si le renvoi est possible, licite ou raisonnablement exigible, pour toutes les personnes menacées par ces vols.
Un renvoi est un renvoi de trop ! Droit de rester pour toutes et tous !
collectif@stoprenvoi.ch

mercredi 17 février 2010

6 mois de détention à Frambois... 6 mois d'angoisse et de désespoir

Fuyant leur pays, ils espéraient trouver refuge en Suisse, ils n’ont trouvé qu’incompréhension,  mépris, refus et maintenant la prison en vue d’un triste retour à la case départ.

Après des années passées en Suisse, ils croupissent dans la salle d’attente d’un avion de la honte qui devraient les ramener dans la misère, la guerre, les violences qu’ils pensaient avoir derrière eux. 

Depuis 6 mois, on les menace d’un renvoi de force imminent : on les déplace enchaînés d’un juge à l’autre et après chaque audition ils ont le sentiment qu’ils ne sont pas entendus, que leurs défenseurs/seuses ne sont pas entendus-es, que le jugement est acquis d’avance. Et ils retournent en prison, sans que le devoir de diligence dans le suivi du dossier de la part du Spop ne soit jamais rempli. 

Jusqu’à quand cette farce de justice va-elle continuer ? Les autorités vaudoises, responsables de leur renvoi, ont-elles négligé de vérifier si le renvoi est possible, licite ou raisonnablement exigible, obligation qui leur ai faite par le vote du Grand Conseil en décembre 2007 selon l’art. 3, alinéa 1, chiffre 4 de la LvLetr ? On peut le craindre, vu qu’elles maintiennent leur obstination à vouloir expulser

-         un père de famille qui laisse un fils de 5 mois et une compagne avec permis F en Suisse

-         deux ex-enfants-soldat, arrivés traumatisés et jeunes  en Suisse

-         un jeune qui a apporté les preuves des menaces qui pèsent sur lui au Cameroun

-         un jeune étudiant qui va se retrouver dans un pays encore en guerre, la RDC

 Nous exigeons la libération immédiate de nos amis

Pitchou, Barry, Hasane, Emani et Christian.

tract distribué au Grand conseil vaudois le mardi 16 février 2010.