Nous soutenons l'occupation de l'église St-Laurent par le Collectif-R afin d'y constituer un refuge contre les renvois de requérant-e-s d'asile débouté.e.s. Stop aux renvois Dublin! Soutenez le refuge et signez le manifeste:

lundi 26 mai 2014

Pour une véritable politique d’accueil des migrant-e-s ! MANIFESTATION MERCREDI 11 JUIN, 17H30 PLACE CHAUDERON LAUSANNE

Pour une véritable politique d’accueil des migrant-e-s ! 
MANIFESTATION MERCREDI 11 JUIN, 17H30 PLACE CHAUDERON LAUSANNE


Le 9 février dernier, l’acceptation de l’initiative «contre l’immigration de masse» a constitué un pas supplémentaire dans une politique discriminatoire, raciste et xénophobe qui est mise en oeuvre par les autorités helvétiques depuis des décennies.
Emboitant le pas derrière l’UDC blocherienne, par des discours mensongers, les autorités fédérales et cantonales, exacerbent des peurs sans fondement visant à stigmatiser les «étrangers», les «requérants d’asile». Par là, ils veulent faire croire que ce sont elles et eux, les «étrangers», «les requérants d’asile», qui seraient responsables de la détérioration des conditions de vie, de travail, de logement ou de transports d’une grande partie de la population.
Dans un silence assourdissant, c’est une forme de guerre larvée qui est menée contre les migrant- e-s pauvres; les plus fortuné-e-s sont, quant à elles et eux, accueilli-e-s à bras ouverts par la Suisse.
Combien de morts parmi celles et ceux qui entament ces «voyages du désespoir» à travers les déserts et les mers? Celles et ceux qui s’en sortent et qui parviennent jusqu’en Suisse se confrontent alors à une politique migratoire inhumaine et déshumanisante.
L’EVAM (Etablissement Vaudois d’Accueil des Migrants), qui porte bien mal son nom, pousse à bout les requérant-e-s à travers diverses stratégies de vexations intolérables. L’EVAM devrait s’appeler Espace Vexations et Arbitraire contre les Migrants! D’où de nombreuses tentatives de suicide parmi ces migrant-e-s à qui l’on refuse tout droit, dont ceux de travailler, de se former et même de se soigner correctement. Réduit-e-s à l’aide d’urgence lorsque leur requête est refusée, ils et elles sont pour ainsi dire jeté-e-s à la rue, balloté-e-s entre les sleep-in et le SPOP où ils et elles doivent mendier quotidiennement leur maigre pécule.
Ceux et celles qui échappent à cette machine infernale entrent dans une autre catégorie de migrant-e-s, symbole de l’hypocrisie de la politique migratoire, celles et ceux que l’on nomme les sans-papiers. Ils et elles travaillent ici, vivent ici, souvent cotisent à nos institutions sociales, parfois même paient leurs impôts, leurs enfants sont dans «nos» écoles. Certain-e-s sont là depuis plus de 10 ans. Ils et elles vivent pourtant chaque jour avec la peur au ventre. Un contrôle de police et leur vie peut basculer. Celles et ceux qui refusent des décisions arbitraires de renvoi sont alors arrêté-e-s et enfermé-e-s dans les prisons de la honte que l’on nomme pudiquement «centre de détention administrative». Hommes, femmes et enfants y sont enfermé-e-s, privé-e-s de liberté. S’ils et elles résistent, ils-elles seront ligoté-e-s et transporté-e-s de force; embarqué-e-s dans un «vol spécial»; certain-e-s en meurent.
Le 9 février 2014, plus de 60% des citoyennes et citoyens vaudois ont dit NON à l’initiative de l’UDC. Par conséquent, nous demandons au Conseil d’Etat vaudois, et à sa dite «majorité de gauche», de mener une politique migratoire respectueuse des droits de toutes et tous les migrant-e-s. Cela implique en particulier:

1. Refuser d’appliquer les contingents prévus par l’initiative UDC
2. Mettre en oeuvre une politique de régularisation collective des sans-papiers
3. Abolir le régime d’aide d’urgence et mettre un terme à l’interdiction de
travailler et de se former pour les requérant-e-s débouté-e-s de l’asile; garantir
un véritable accès aux soins pour toutes et tous les requérant-e-s d’asile
4. Garantir des conditions de logement décentes pour les requérant-e-s d’asile;
fermer les abris PC
5. Ne plus mettre en détention administrative des migrant-e-s et cesser de
financer ces prisons de la honte. Le budget Frambois doit être supprimé
6. Proclamer le canton de Vaud: terre d’accueil des migrant-e-s!

Luttons pour les droits de
toutes et tous les migrant-e-s!
Signataires de l’appel à manifester :

Collectif Droit de rester; Collectif Vaudois de Soutien aux Migrant-e-s; Collectif vaudois de soutien aux sans-papiers; Collectif des Sans-Papiers de La Côte; l’Autre syndicat; Fédération syndicale SUD; UNIA; Migr’action-Neuchâtel, Gauche anticapitaliste; Jeunes Vert-e-s, POP; SolidaritéS; Solidarité sans frontières; SOS Asile; Organisation Socialiste Libertaire, SSP-Vaud.

Appel en pdf, et événement Facebook

Aucun commentaire: