Nous soutenons l'occupation de l'église St-Laurent par le Collectif-R afin d'y constituer un refuge contre les renvois de requérant-e-s d'asile débouté.e.s. Stop aux renvois Dublin! Soutenez le refuge et signez le manifeste:

jeudi 7 octobre 2010

M., 19 ans, étudiant, détenu à Frambois

Bonjour,

Je m'appelle Tamara, j'ai 18ans, mon ami, M., 19ans est étudiant au scai à Genève, nous vivions tranquillement comme des jeunes de notre âge, il s'était fait beaucoup d'amis ici et s'intégrait de mieux en mieux. On était heureux!
Pourtant aujourd'hui, mon copain depuis maintenant plus d'une année, est détenu à la prison de Frambois à Genève dans le but de le renvoyer dans son pays, la Gambie. Cependant, L'OCP aurait obtenu une autorisation de la part du ministère Sénégalais, qui l'aurait reconnu en tant que "Sénégalais".
Pour commencer dès le début, cela fait maintenant deux ans qu'il est arrivé en Suisse, à qui il a demandé l'asile, puis après être resté deux mois à l'aéroport l'asile lui a été refusé, ayant pourtant une histoire très lourde derrière lui.

Puis, il y a un mois et demi en arrière, mon ami devait se présenter comme chaque mois a l'OCP de Genève pour faire son tampon qui lui permet de "bénéficier" (c'est un bien grand mot pour 10chf/jour!) de l'asile. Une fois là-bas, deux Sénégalais l'attendaient dans le but de le reconnaître, ou pas, comme sénégalais. La Gambie et le Sénégal ayant comme langage commun le wholof, c'est dans cette langue qu'ils ont communiqué malgrès des accents très différents d'une nationalité à l'autre. Les deux hommes lui auraient alors dit qu'il n'aurait pas dû quitter l'Afrique et auraient ironisé sur sa situation. Mon ami l'a bien sûr mal pris et leur a demandé de s'occuper de ce qui les concernait, ce qu'il les a beaucoup fait rire. Après cet entretien, on lui demanda de se rendre à l'OCP dans deux semaines, au lieu d'un mois. 

Deux semaines plus tard, l'OCP lui annonce qu'ils sont entrain de planifier son retour. Au Sénégal! Il ne parle que très peu le français alors que c'est la langue nationale au Sénégal, et n'a jamais mis les pieds là-bas. Il refuse. Il est persuadé que la raison de son changement de nationalité est due à l'altercation entre lui et les Sénégalais, car juste grâce à l'accent on peut le différencier d'un sénégalais, ils ne peuvent donc pas ne pas se tromper. La police vient alors le chercher sur place pour l'emmener à Frambois. Ils lui ont biensur pris téléphone portable et argent. Et ses papiers, qu'on réimprimera et lui rendra plus tard avec le changement de nationalité.

Deux jours plus tard il se rendra chez le juge, à qui il osera demander:
" - Monsieur, êtes vous Suisse?
- Oui
- Si quelqu'un changeai votre nationalité pour "allemand", trouveriez-vous cela juste? Vous n'auriez pas l'impression de perdre une part de votre identité? " ce que le juge a confirmé, mais sans rien ajouter.

Les jours suivant, il tenta de se renseigner auprès des autres détenus pour obtenir le nom d'un(e) avocat(e) reconnue pour ce type d'affaire. Le vendredi suivant il appela une avocate que l'on lui avait conseillé, mais elle était occupée. J'ai essayé à mon tour mais elle m'a dit que ce n'était pas à moi de la contacter. Elle rappela M. le lundi suivant, en disant qu'il avait un délais de dix jours après s'être rendu chez le juge pour faire recours donc obtenir l'aide d'une avocate. Cependant cela faisait exactement onze jours! Et l'assistant social de la prison censé informer mon ami ne l'a jamais fait. Il ne peut pas acquérir de l'aide d'un avocat avant un mois.

Quelques jours plus tard on l'emmena à l'aéroport, ce qui fait partie de la procédure, pour tenter d'obtenir sa consentance et de le faire embarquer dans un avion de ligne avec des passagers, ce qu'il a refusé. En échange ils lui donneraient de l'argent pour son futur. Au Sénégal.

Ca fera, dans deux jours, un mois qu'il est enfermé et ce qu'il vit je ne le souhaite à personne. Ils sont traîtés comme des criminels. Des gens se mutilent, d'autres (souvent détenus depuis déjà longtemps) tentent de mettre fin à leurs jours et d'autres encore font la grêve de la faim. Mon ami n'en est, heureusement, pas encore là mais je vois son état se dégrader peu à peu. Il a la nuque bloquée, des migraines chaque jour, des boutons de fièvre et tout cela à cause du stress qu'ils subissent. Il y a quelques jours un homme s'est pendu, M. et d'autres détenus l'ont retrouvé inanimé mais en vie, les yeux tout blanc et le teint pâle. C'est très dur d'être à l'extérieur mais de ne rien pouvoir faire et de sentir ce sentiment d'impuissance s'agrandir peu à peu avec le temps. Il fera très bientôt une demande de liberté, et redemandera l'aide de cette avocate mais ça fait uniquement partie de la procédure, ce que les autres détenus ont déjà tous fait et ça ne marche que très rarement..

C'est très difficile. Tout d'abord pour lui et ensuite pour moi qui en plus ne connaît pas très bien le domaine des sans-papiers en Suisse. Il allait à l'école, s'intéresse à tout, s'intègrait facilement ici et nous étions amoureux comme deux petits enfants en primaire, ce qu'il me manque! C'est dur que tout ça soit gâché du jour au lendemain, et très peu de gens savent comment ça se passe vraiment en Suisse avec les sans-papiers. Il faut que ça bouge!
On a vraiment besoin de votre aide. Merci d'avance!

Aucun commentaire: