Nous soutenons l'occupation de l'église St-Laurent par le Collectif-R afin d'y constituer un refuge contre les renvois de requérant-e-s d'asile débouté.e.s. Stop aux renvois Dublin! Soutenez le refuge et signez le manifeste:

vendredi 26 janvier 2018

Qui écoute les enfants les plus démuni·e·s?

Chercheurs, experts en sciences juridiques et hauts fonctionnaires se réunissen ce 26 janvier à l’UNIL pour une journée dédiée à la participation des enfants dans les décisions qui les concernent, sous l’impulsion du département de la formation de la jeunesse et de la culture du canton de Vaud. Au même moment, depuis le début de l’année le canton a assigné à résidence de nombreuses familles en vue de les renvoyer. Le Collectif Droit de rester est particulièrement inquiet pour trois familles, soit cinq enfants, dont quatre scolarisés, menacées de renvoi immédiat.

Enfants mis en danger par la politique migratoire suisse et vaudoise

Alors même que l’événement dénommé Réflexe Participatif cherche à mettre en place des réponses aux besoins des enfants du canton, trois familles différentes sont tétanisées chez-elles, assignées à résidence en vue d’un renvoi forcé. Quatre quatre scolarisés depuis plusieurs années et un né en suisse voient leur vie menacée par une décision politique qui ne les a aucunement pris en compte.

Trois familles : trois menaces de renvois impitoyables

En 2011 Abdullah et Nazmie Useinov arrivent en Suisse avec leur petite fille Mendie. Ils fuient la Macédoine où M. Useinov est menacé par des groupes violents locaux et où ils sont discriminés en tant que Roms. En 2012 naît leur deuxième enfant, Enes. Après des réponses négatives à leur demande d’asile, la famille fait en 2017 une demande de régularisation. Malgré leur parfaite intégration et la promesse de contrat de travail présenté par M. Useinov, la demande est refusée. Dès lors, ils vivent sous la menace constante d’un renvoi de force. Les enfants vont à l’école à Yverdon depuis plusieurs années et ne connaissent pas le macédonien. Leur maman est malade et ils souffrent tous de cette situation instable et sont suivis par des psychologues. En Suisse, ils pourraient finalement bénéficier d’une vie stable et en sécurité mais le canton en a décidé autrement.
Mme Tegy, 29 ans, éthiopienne, et son fils d’une année ont quitté la Grèce après la disparition du père de l’enfant. Seule en Grèce avec son bébé, et bien qu’elle ait obtenu la protection de cet Etat, Mme Tegry n’avait pas accès à un logement stable ni à des soins médicaux pourtant indispensable. Ils ne survivaient que grâce aux distributions de nourriture gratuite. Seule avec son enfant Mme Tegry a entrepris un difficile voyage vers la Suisse où elle a demandé l’asile. Sa demande a été rejetée et les autorités suisses cherchent à la renvoyer avec son fils en Grèce. Afin de faciliter son renvoi, Mme Tegry est assignée à résidence au foyer EVAM. Le 16 janvier 2018 une dizaine de policier sont venu la chercher. Face à son refus de lâcher son enfant qui s’était réfugié dans ses bras, les policiers sont repartis en la menaçant de revenir bientôt, de la menotter et de la séparer de force de son enfant durant le vol vers Athènes.
La famille X. vit depuis quatre ans en Suisse, ces deux parents ukrainiens et leurs enfants, aujourd’hui âgés de 11 et 13 ans, se sont parfaitement intégrés. Parlant français, le père, plurilingue, travaille comme auxiliaire pédagogique et la mère a suivi une formation d’auxiliaire de santé. Les enfants, scolarisés depuis tout ce temps en Suisse, sont des élèves exemplaires avec d’excellentes notes, la fille suivant aujourd’hui la voie prégymnasiale. 
Les quatre membres de la famille X. font actuellement l’objet d’une assignation à résidence au Foyer EVAM Ste-Agnès à Leysin en vue d’un renvoi, car leur demande d’asile n’a pas été acceptée. Ils vivent dans un état d’angoisse permanent par peur de se faire arrêter.

Une situation inacceptable pour les enfants exilés

L’article 12 de la Convention Internationale de L’ONU Relative aux Droits de l’Enfant stipule que chaque enfant a le droit de s’exprimer et est pris en considération sur les décisions qui le ou la concerne. Or ces enfants n’ont nullement été entendus par les autorités malgré le fait qu’un renvoi les séparera de tout ce qui leur est familier et sécurisant.


Le Collectif Droit de Rester Lausanne dénonce ces renvois inhumains et souhaite pointer du doigt l’hypocrisie du canton, qui se targue de prendre en compte la voix des enfants vaudois alors même qu’il ignore celles des plus démunis. Le collectif demande l’arrêt immédiat de la procédure de renvoi ainsi que la régularisation de ces deux familles.

Aucun commentaire: